Publications de Wild Team (176)


  • ADMIN

    La relève!

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Mieux appréhender la résistance de l'air

    Découvrez cette super animation pour mieux appréhender la résistance de l'air à vélo et le positionnement des coureurs.

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Les dents, source de blessures.

    Vous vous demandez sûrement quel peut être le lien entre les dents et une tendinite.

    En fait, beaucoup de sportifs ignorent que la santé bucco-dentaire peut avoir un impact sur la pratique sportive et les performances. En effet, certaines blessures ou un état de fatigue général, peuvent être causés par des problèmes dentaires.

    Nous allons nous intéresser aux deux principales pathologies responsables de cette relation de cause à effet : les infections et un mauvais alignement des dents. 

     

     

    Les problèmes infectieux

    Rappelons que nos dents sont reliées à tous nos organes vitaux. Une infection (par exemple une carie) peut donc aisément se diffuser par le sang dans tout l’organisme et atteindre les articulations, les muscles par exemple, notamment au niveau des zones déjà fragilisées. Ainsi, il n’est pas rare qu’un sportif soigne définitivement une tendinite par un passage chez le dentiste.

    A ce titre, les sportifs sont les plus exposés en raison de prises alimentaires plus fréquentes et en plus grande quantité mais également en raison des boissons et produits énergétiques ingurgités, très riches en sucre.

    Aussi, que l’on soit pro ou amateur, il est primordial d’être très attentif à sa dentition et conseillé de faire un contrôle semestriel chez le dentiste ainsi qu’une radio panoramique annuelle afin de détecter un éventuel foyer infectieux.

    Une mauvaise occlusion

    L’occlusion, c’est à dire l’emboîtement harmonieux des dents, conditionne l’équilibre de notre squelette. Une mâchoire mal équilibrée, des dents qui ne s’emboîtent pas parfaitement peuvent être à l’origine de tensions musculaires ou articulaires jusqu’aux pieds.

    Ainsi, à titre d’exemple, il peut arriver qu’une douleur dans les lombaires puisse être soignée en remettant la mâchoire en place.

    C’est la raison pour laquelle, au détriment de l’esthétisme, de nombreux sportifs de haut niveau portent des appareils dentaires pour corriger un déséquilibre de la mâchoire et améliorer leurs performances. On se souvient du footballeur Ronaldo ou de l’athlète Carl Lewis.

    Conclusion

    Une mauvaise hygiène bucco-dentaire ou un mauvais équilibre de la mâchoire peuvent être la source de bien des problèmes pour les sportifs. Les exemples et les causes sont nombreux.

    Au quotidien, il est donc conseillé de porter une attention particulière aux soins de ses dents, d’utiliser des produits fluorés et de se rincer la bouche après avoir ingurgité des boissons et aliments de l’effort sucrés.
    Bien sûr, une visite régulière et fréquente chez le dentiste est indispensable.

    Lire la suite...
  • Lire la suite...
  • Ce week end signe le retour de la Super League avec l'étape de Singapour.

    Pour ceux que ce format original intéresse, vous pourrez retrouver toutes les infos sur : https://superleaguetriathlon.com/event/super-league-championship-singapore18.

    Pour voir cette course à la télévision, c'est sur l'EQUIPE 21 samedi 23 à 13h30 et dimanche 24 à 14h00.

     

     

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Des Wilders aux Jeux Olympiques?...

    Lire la suite...

  • ADMIN

    La bière est-elle bonne pour la récupération?

    De nombreux sportifs pensent que la bière est bonne pour la récupération. On lui prête en effet certaines vertus : elle permettrait de se détendre, de reconstruire les fibres musculaires martyrisées ou encore de réhydrater l’organisme. Alimentée par quelques légendes tenaces, la bière est ainsi devenue une boisson plébiscitée par les sportifs après l’effort au-delà même de son aspect convivial. Alors, mythe ou réalité ?

    Pour bien récupérer après une activité sportive, nous savons qu’il est nécessaire d’ingérer des glucides pour reconstituer les réserves de glycogène, des protéines pour renouveler la masse musculaire et bien sûr de l’eau et des sels minéraux (notamment du sodium) dont les pertes peuvent être importantes.

    Malheureusement, la bière contient peu de glucides et quelques minéraux (mais très peu de sodium) et antioxydants. Toutefois, elle dispose de vitamines B6 et B12 qui peuvent être intéressantes. Bref, pas terrible pour les sportifs, d’autant que la bière est avant tout une boisson alcoolisée.

    Si la bière n'a pas vraiment d'avantages pour la récupération, pire, elle a surtout des inconvénients. D’une part, l’alcool bloque l’élimination de l’acide lactique. D’autre part, il va à l’encontre d’une bonne hydratation puisque c’est un diurétique qui inhibe la sécrétion de l’hormone antidiurétique (ADH). En conséquence, le volume urinaire produit après sa consommation excède le volume de boisson ingérée : en clair, la bière déshydrate.

    Enfin, l’alcool ne favorise pas le sommeil et pourtant c'est un élément essentiel d'une bonne récupération.

    On l'aura compris, la bière est à éviter juste après un effort. Ceci dit, elle reste un petit plaisir pour de nombreux athlètes alors pourquoi pas "se jeter une petite mousse" après s'être bien hydraté et avoir bien récupéré. A la vôtre! 

    Lire la suite...
  • Nous vous proposons un excellent article sur les changements climatiques et l'impact de la modification de nos régimes alimentaires sur le climat et l'état de notre planète. L'alimentation étant un élément majeur de la performance sportive, il nous paraissait pertinent d'en savoir un peu plus à ce sujet.

    Lire l'article...

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Cyclisme : les échelles d'intensité, c'est quoi?

    Article lepape-info.com

    Elles sont à la base de la préparation en cyclisme. Les échelles d’intensités permettent à la fois de construire une séance, de l’analyser et de communiquer à son propos. Il est donc très important de maîtriser ce sujet lorsque le l’on se lance dans l’élaboration d’un programme d’entraînement. Présentation.

    Lire la suite...

    Lire la suite...
  • Si vous vous intéressez au trail, vous connaissez forcément l'UTMB ou la Diagonale des Fous. Mais connaissez-vous la Barkley, une course hors norme que seuls très peu d'athlètes ont réussi à finir. Que vous en ayez entendu parler ou pas, nous vous proposons de regarder ce reportage qui vous fera découvrir une course extra-ordinaire.

    Et vous, dites-nous sur quelle course vous avez le plus souffert...

     

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Blessures : Faut-il s'arrêter?

    Nous vous proposons un article sur un sujet toujours très controversé : faut-il s'arrêter complètement lorsque l'on est blessé?

    Ce médecin l'affirme, il ne faut pas s'arrêter.

    "En cas de douleur ou de blessure, vous vous arrêtez. C’est un mauvais réflexe! Votre cicatrice sera fragile et vous risquez fort de récidiver. L’ensemble de votre corps se désentraînera et une autre lésion pourra survenir lors de votre reprise! Explications et conseils pratiques de votre médecin du sport."

    Lire la suite...

    N'hésitez pas à nous faire part de vos témoignages.

    Lire la suite...

  • ADMIN

    15 Wilders aux Championnats du Monde !!!

    Nous vous avions annoncé la possibilité de participer aux Championnats du Monde à Lausanne fin août sous les couleurs de l'Equipe de France.

    15 Wilders ont osé franchir le pas et représenteront la France à ce grand RV. Tous se sont alignés sur le format Olympique.

    Bravo à tous !!!

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Sexe ou pas sexe avant une compétition?

    La question est simple et nous nous la sommes tous posée un jour : des relations sexuelles avant une compétition sportive influencent-elles nos performances ?

    Dans l’esprit collectif, nous avons tendance à penser que le sexe pénalise nos capacités physiques et mentales en nous « fatiguant ».

    Alors mythe ou réalité ?

    Le boxeur Mohammed Ali était connu pour son abstinence 6 semaines avant ses matches. A contrario, un ouvrage sorti en 2012 nous apprit qu'aux Jeux de Sydney en 2000, 70.000 préservatifs avaient été mis à la disposition des athlètes dans le village olympique et avaient disparu en deux jours.

    Depuis toujours, de nombreux entraîneurs préconisent aux athlètes de s'abstenir de toute relation sexuelle avant les compétitions sportives, voire même plusieurs semaines avant. Dans bien des cas, les raisons sont purement instinctives :

    L’abstinence permettrait de conserver toute son énergie.
    L’impact physique d’un rapport sexuel (disons normal…) est minime. Il ne brûle que 25 à 50 calories, l’équivalent 20 marches d’un escalier, soit 2 étages…  Interdire un athlète de monter 2 étages n’a aucun sens.

    L’abstinence permettrait de reste concentré et de ne pas se laisser distraire.
    En fait, sur ce point, ce n’est pas tant l’acte sexuel qui effraie les entraineurs mais plutôt le fait de rechercher cette relation avec tout ce qui va avec : sorties nocturnes, fêtes, consommation d’alcool ou de drogue, etc…

    L’abstinence permettrait de conserver de son agressivité et d’être plus vigoureux.
    Rien ne permet de corroborer ce point.

    Qu’en est-il ?

    Il semblerait que le sexe n’ait aucun impact, ni bon ni mauvais, sur les performances sportives. Une expérience menée en 1995 a montré que les hommes réalisaient les mêmes performances sur un tapis de course, qu’ils aient eu des relations sexuelles avant ou non.

    En fait, la science n’a pas vraiment tranché sur cette question et il manque de recherches de bonne qualité sur ce sujet. A ce jour, la recommandation d’abstinence ne repose sur aucun élément scientifiquement validé. D’autant que cela peut être très variable selon la nature de la relation, le sport en question et ses spécificités, le délai entre l’acte et la compétition, etc… Au mieux, le sexe pourrait s’avérer une distraction relaxante en cas de stress avant une épreuve et permettrait de s’endormir plus facilement.

    On l’aura compris, chacun procédera de la manière qui lui paraît la mieux adaptée selon les circonstances et en fonction de sa propre expérience.

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Le jus de cornichon pour stopper les crampes!

    Des chercheurs de l’Université Brigham Young ont rapporté une étude surprenante en 2010 : boire un quart de tasse de jus de cornichons permettrait de se débarrasser des crampes en un temps moyen de 85 secondes, soit 45% plus rapidement que si elles disparaissaient toutes seules. Ce qui est intéressant dans cette étude n’est pas la promesse d’une "panacée" contre les crampes – car 85 secondes est encore trop long quand on souffre d’une crampe – mais la question est plutôt "pourquoi cela fonctionnerait ?".

    Lire la suite...

    Lire la suite...
  • Lire la suite...
  • Echauffement:

    • 5 x 100 (50 nage libre/50 jambes) - 10s de repos entre chaque

    Séance: 

    • 100 pullbuoy
    • 3x 50 nage libre progessive 1-3 (facile, moyen, rapide) - 10s de repos entre chaque
    • 200 pullbuoy
    • 3x 50 nage libre progessive 1-3 (facile, moyen, rapide) - 10s de repos entre chaque
    • 300 pullbuoy
    • 3x 50 nage libre progessive 1-3 (facile, moyen, rapide) - 10s de repos entre chaque
    • 400 pullbuoy
    • 3x 50 nage libre progessive 1-3 (facile, moyen, rapide) - 10s de repos entre chaque
    • 500 pullbuoy
    • 3x 50 nage libre progessive 1-3 (facile, moyen, rapide) - 10s de repos entre chaque

    Retour au calme:

    • 250 facile

    Total: 3000m

    Lire la suite...
  • Le Dr Denis Boucher vous explique comment vous utilisez vos réserves énergétiques à la course et pourquoi courir lentement vous amènera à courir plus vite et plus longtemps.

    Lire la suite...
  • Article paru le 08/01/19 sur www.jogging-international.net

    Un petit circuit sympa à réaliser trois fois (20 secondes de pause entre chaque exercice) ! Mais comme vous travaillez déjà pas mal les cuisses en courant, faites plutôt ces exos les jours où vous n’avez pas prévu de sortie.

    SQUAT SUR UNE JAMBE AVEC BANC OU CHAISE

    Quadriceps et l’équilibre

    Placez-vous dos à un banc, une chaise ou même votre lit !

    • Commencez avec les pieds à la largeur du bassin, levez un pied.
    • Vous basculez le pied vers l’avant en même temps que vous effectuez une flexion sur la jambe d’appui pour venir presque vous asseoir sur la chaise (photo).
    • Vous frôlez l’assise, puis vous remontez complètement debout, avant de recommencer.

    Temps de réalisation : 1 minute. Pour plus de challenge, descendez et remontez très lentement.

    Point d'attention : Basculez bien le bassin pour vous asseoir et garder le dos droit.

     

     

    FENTE CROISÉE AVEC LEVER D’HALTÈRES (1 OU 2 KG)

    Ischio, quadriceps et épaules

    • Commencez avec les pieds largeur bassin et les deux mains qui tiennent ensemble les deux haltères.
    • Commencez par la jambe droite, avec laquelle vous réalisez une fente arrière croisée sur la gauche en levant les bras vers le plafond (photo). Essayez de descendre le genou le plus près possible du sol pour faire chauffer les cuisses !
    • Revenez au milieu en position initiale pour repartir tout de suite sur une fente croisée.

    Temps de réalisation : 1 minute (30 secondes de chaque côté).

    Point d'attention : Regardez devant vous pour garder l’équilibre !

     

    SQUAT SAUTÉ TRIPLE OUVERTURE

    Fessiers et quadriceps

    • Debout avec les pieds collés, descendez en squat, effectuez un saut en remontant.
    • Atterrissez les pieds largeur bassin et descendez en squat, effectuez un saut en remontant.
    • Atterrissez les pieds légèrement en ouverture et plus écartés que les épaules, puis descendez en squat, et encore une fois effectuez un saut lors de la remontée pour atterrir pieds collés. Recommencer.

    Temps de réalisation : 1 minute

    Point d'attention : Prenez le temps de bien réaliser vos squats pour plus d’efficacité sur les cuisses !

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Comment régler les cales sur les chaussures?

    Lire la suite...

  • ADMIN

    Ayez confiance en vous !

    Article de Runners.fr

    Fréquent que les coureurs de tous niveaux doutent de la pertinence de leur entraînement et de leur capacité à décliner un effort en compétition. Bosser le mental : voici quelques pistes simples à suivre…

    Voir la suite...

    Lire la suite...